combo 95    présente:

95 sounds

Mot de passe perdu ?

Créer votre compte

News

[Interview] Hover Dust : "On tient à garder ce côté grande famille"

Anciennement chanteur/guitariste et batteur du groupe Sleepin’Suzy, les deux barbus se sont lancé dans un projet en duo. C’est début 2015 que Hover Dust voit le jour. Après quelques concerts et un EP, les deux Pierre font aujourd’hui partie de la sélection starter 2017. C’est lors de leur résidence à l’Observatoire, pour préparer leur concert du 3 juin, que nous leur avons fait lâcher leurs instruments le temps de répondre à quelques unes de nos questions. 

[Interview] Hover Dust : "On tient à garder ce côté grande famille"

Combo95 : Courant 2010 naît votre premier groupe, Sleepin’Suzy qui aujourd’hui n’existe plus. Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous émanciper et de former le duo Hover Dust ?

Pierre B. : Sleepin' touchait à sa fin, du coup on a tout arrêté. Il y a eu un laps de temps de 2 mois sans faire de musique, on n’a pas tenu avec Pierre, alors on a fait une répèt à deux. Durant cette répétition, on a fait deux ou trois compositions, du coup c’est comme ça que ça a commencé.

Pierre C. : Oui à deux tout fonctionnait très bien. Le principal souci c’était la disponibilité. A deux tout est beaucoup plus simple, même en ce qui concerne la logistique. On est déjà une équipe avec Donatien qui fait le son, Marc aux lumières, Kiki qui fait le son également.

Pierre B. : Surtout pourquoi être plus alors que pour le moment tout marche très bien.

Combo95 : L’ancien nom de groupe faisait référence à Suzy, proche de Lemmy, bassiste-chanteur de la formation britannique Motörhead. Pourquoi avoir choisi le nom Hover Dust?

Pierre B. : C’est la question qui tue à chaque fois !

Pierre C. : On devait s’éloigner des Sleepin, car ce n’est plus du tout pareil. Aujourd’hui, dans certaines chansons, on fait encore référence à Suzy car cela reste un très bon souvenir. Mais Hover Dust, la véritable histoire, c’est que la veille d’un concert nous n’avions toujours pas de nom de groupe, et c’était soirée raclette. Plusieurs noms ont fusé autour de la table dont « Hover quelque chose ». On a décidé de rajouter « Dust » derrière. Poussière planante c’est cool ! On s’est quand même pris la tête trois mois à essayer de trouver un nom.

Pierre B. : Faudra quand même que l’on prépare une réponse bien rodée, car c’est une question qui revient souvent. On voulait un nom qui sonne. Puis on s’est dit que c’est ce qui doit rester après notre passage sur scène : de la poussière en suspension.

Combo95 : Comme dit précédemment, votre premier nom de groupe faisait hommage à une personne. On dit souvent qu’il est du devoir de l’artiste de dénoncer les travers de la société et de s’engager. C’est ce que vous avez fait avec le titre « Beautiful Lady (Time is precious) », sorti en novembre 2016. Pourquoi avoir choisi cette cause ? Vous touche-t-elle plus que d’autres ?

Pierre C. : On n’a rien dénoncé. C’était un hommage.

Pierre B. : Le parti pris est évident. Mais il n’y a pas de morale.

Pierre C. : On avait des potes dans le Bataclan, personnellement j’ai vécu les attentats autrement. A la base, c’est peut-être égoïste, mais cela devait rester une chanson pour nous. Elle ne devait pas sortir. C’est trois notes que j’ai claqué après le soir du 13 novembre et tout est parti de là. Au fur et à mesure du temps, Bertrand a fait des paroles juste magnifiques, on s’est donc rapproché de l’association « Life For Paris » et tout s’est imbriqué petit à petit.

Pierre B. : Forcément ce projet a fédéré, mais ce n’était pas du tout prévu ou voulu initialement.

Combo95 : Derrière vos barbes de rockeur et vos riffs énervés se cache une grande sensibilité. Alors que beaucoup de musiciens de votre univers auraient choisi une atmosphère « virile » ou des lettrages imposants, la jaquette de votre premier EP vous représente simplement, comme dessinés par un enfant. D’où vous est venue cette idée ?

Pierre B. : Justement, on partait dans la direction que tu énonces, en faisant quelque chose d’assez gros et viril. Mais ça ne collait pas. Ce n’est pas notre attitude ! C’est le fils de Bertrand, notre parolier, qui nous a fait un dessin et ça nous a tout de suite emballés.

Pierre C. : On ne veut pas que ça soit surfait, surtout pour le premier EP. Le fait que ce soit un gamin qui dessine, ça sortait de l’ordinaire.

Pierre B. : On ne veut rien dégager de prétentieux. Même sur scène. On est en train de bosser la scénographie, et on ne cherche pas du tout à dégager plus que ce que l’on est. Le but ce n’est pas d’être en haut de l’affiche, deux personnes inaccessibles, mais de rester comme on est.

Pierre B. : Avant, on mettait un canapé sur scène et tu avais des gamins qui venaient passer le concert assis sur le canapé. On tient à garder ce côté grande famille.

Combo95 : Il est relativement rare de nos jours de voir un groupe de rock sans bassiste, avez-vous déjà pensé à accueillir une troisième tête ou peut être un troisième Pierre? 

Pierre C. : Non. Comme on le disait, notre première répétition a tellement bien fonctionné que l’on a choisi de rester comme ça. Après, par le biais de la technique, on peut re-balancer avec l’ampli de guitare de Pierre, quelque chose d’un ampli basse. Les fréquences de basse qui pourraient manquer sont quand même présentes du coup. Il pourrait éventuellement manquer une personne sur scène. Le fait d’être deux rend la prise de décision plus simple, on est facilement unanime. Mais si on est trois, il y aura toujours la troisième personne qui peut ne pas être d’accord et faire deux contre un.

Pierre B. : Puis le fait d’être deux nous permet de collaborer avec pleins d’artistes. Pour le premier EP on l’a fait avec Julien Dottel, le bassiste de Bukowski. Sur le deuxième EP je pense qu’il y aura forcement une collaboration avec quelqu’un d’autre.

Combo95 : Tu fais justement allusion à un deuxième EP actuellement y-a-t-il des projets sur lesquels vous êtes en train de travailler ? Peut-on s’attendre à un nouvel EP, voir un album ?

Pierre B. : Oui ! On est sur un deuxième EP.  Nous sommes actuellement en studio. Il devrait sortir après la rentrée le temps qu’on le peaufine. On parle également d’un clip, il faut encore que l’on réfléchisse. 

Propos recueillis par Maelyss

02/06/2017

Partager :